Résumé,  Une

Draft 2020 : La soirée des Hawks

Travis Schlenk nous a habitué à faire des coups lors du premier tour ces deux dernières années, mais il a su rester sage ce soir. Les Hawks ont commencé avec les choix 6 et 50 de la Draft et se sont contentés de ceux-ci : aucun mouvement n’a été effectué par Atlanta lors de cette soirée.

Revenons sur les 2 choix qu’Atlanta a fait lors de cette soirée.

Choix 6 : Onyeka Okongwu, 19 ans, 2m06, 111 kg, pivot

Alors que certaines tendances semblaient nous diriger vers Haliburton, Travis Schlenk a surpris les observateurs, et peut-être même une bonne partie de la Ligue, en sélectionnant Okongwu avec son choix numéro 6. Le joueur avait fait un peu parler de lui aujourd’hui à cause d’un orteil fracturé, mais cela n’a pas empêcher Travis Schlenk d’effectuer son coup.

Crédit : Jayne KAMIN-ONCEA (Getty Images)

Le profil d’Okongwu :

Mais qui est Okongwu? Si Wiseman a monopolisé l’attention à l’intérieur, c’est bien avec Okongwu qu’il se dispute le titre de meilleur intérieur de cette cuvée.

Beaucoup de choses peuvent être résumées en une seule comparaison : Bam Adebayo.
Okongwu est un pivot undersized avec des qualités athlétiques de freak et une très bonne compréhension défensive. Joueur très mobile, il peut switcher sur les postes 3/4/5 sans problème et a d’excellentes qualités au contre grâce à sa mobilité, son timing et son intelligence. Car oui, Okongwu n’est pas qu’un freak, c’est aussi un joueur intelligent, qui comprend et lit bien le jeu. Il a tous les outils qu’on demande à un défenseur intérieur moderne est pourrait bien montrer un niveau élite dans ce domaine en NBA.

On peut néanmoins regretter qu’il ne soit pas un rebondeur boulimique, même s’il reste tout à fait respectable dans ce secteur.

La limite de cette comparaison avec Bam se trouve sûrement dans son playmaking, mais au moment de sa Draft Bam Adebayo n’était pas le passeur qu’il est maintenant. On reconnaît par contre qu’Okongwu partage son QI Basket, tout du moins en défense. C’est donc une piste possible d’amélioration.

Offensivement, c’est un bon rim-runner. Puissant, explosif et doté de bonnes mains, il devrait pouvoir écraser pas mal d’arceaux en NBA, surtout si c’est Trae Young qui le sert. De plus, il a un bon touché et tourne à un solide 72% aux lancers, une statistique intéressante pour un intérieur.
Néanmoins, sa mécanique de tir n’est pas très ample et est à retravailler. Globalement, il ne prend pas beaucoup de tir loin du cercle et il pourrait s’améliorer en développant un petit shoot afin de ne pas avoir à toujours finir au cercle.

Okongwu aux Hawks :

Dans un profil qui pourrait faire un peu doublon avec Capela, Okongwu se démarque instantanément par l’apport défensif qu’il aura dès son arrivée dans la franchise d’Atlanta. Peut-être un des joueurs qui apporte le plus d’assurances, Travis Schlenk a trouvé un profil défensif à l’intérieur qui pourrait rapidement faire passer un cap aux Hawks. Outre sa défense, Schlenk a aimé son intelligence, son état d’esprit et la personne qu’il est. De plus, il a bon espoir qu’il pourra développer un tir convaincant et augmenter sa distance de tir en se basant sur sa bonne réussite aux lancers.

Okongwu n’est pas un scoreur indépendant et aura besoin de développer une relation avec Trae Young pour scorer efficacement. Son impact pourrait être instantané et il s’est fixé comme objectif de jouer les play-offs dès sa saison rookie. Un joueur qui en veut avant même d’être en NBA, ça fait plaisir.

Choix 50 : Skylar Mays, 23 ans, 1m93, 90 kg, arrière

Les joueurs choisis au second tour ne sont pas toujours faciles à juger, d’autant plus que certains sont coupés avant le début de la saison. Néanmoins, Travis Schlenk a affirmé qu’il avait des cibles précise pour ce choix 50. Arrêtons-nous donc sur le joueur qui l’a convaincu : Skylar Mays.

Crédit : Marcio Jose Sanchez (AP Images)

Le profil de Mays :

Il n’est pas forcément un joueur ayant fait beaucoup de bruits et la plupart des mockdrafts le situaient en deuxième partie de second tour. Skylar Mays est un joueur de 23 ans qui a fait l’entièreté de son cursus universitaire et son âge peut laisser penser qu’il ne progressera pas énormément. C’est un petit arrière, ou plus simplement un meneur qui n’a pas de grandes qualités de playmaking. Il n’a pas non plus de grandes qualité athlétique ce qui le rend assez inefficace quand il va au cercle et l’empêche de défendre convenablement les joueurs trop rapides ou trop puissants.

Mais au-delà de ces points négatifs, ce joueur a vraiment quelque chose. Déjà, c’est un bon shooteur qui a tourné à 84.5% aux lancers et à 34.5% à 3 points sur l’ensemble de sa carrière universitaire avec un pic en dernière année à 39.4% à 3 points. De plus, il prend un bon volume de shoot à 3 pts (4 par match en carrière) et a un bon shoot à mi-distance ce qui compense ses lacunes en finition. Il a aussi une bonne capacité à attirer les fautes, allant sur la ligne jusqu’à 5 fois en moyenne lors de sa dernière année, de quoi capitaliser sur ses bons pourcentages dans ce domaine.

Mais Skylar Mays n’est pas qu’un poignet, c’est aussi un cerveau. À cause de ses qualités athlétiques, ce n’est pas un bon défenseur sur l’homme, mais grâce à son QI Basket, il a fait pas moins de 1.8 interceptions par match durant ses années Junior et Senior et en carrière il a une moyenne de 2 interception par 36 minutes. Il a fait des interceptions en aide sa spécialité, il a toujours un œil sur le ballon et n’hésite pas à jaillir sur un joueur hésitant. Son QI Basket se retrouve aussi dans son jeu sans ballon, cherchant toujours à s’isoler au large, notamment en transition. On peut aussi souligner son sang-froid. Il prend son temps quand il est ouvert et il ne panique pas quand il est collé par un chien de garde.

Grâce à son envie et son flair, c’est aussi un bon rebondeur pour sa taille, un autre secteur où il peut apporter.

Enfin, je tiens à nuancer sa défense en aide. Si elle est efficace, Skylar peut être tellement aspiré par l’envie de faire une interception qu’il lâchera son joueur qui se retrouvera libre. Si l’équipe adverse est avertie, cela pourrait lui jouer des tours.

Il reste tout de même que c’est un profil atypique, quelque part entre un pur sniper et un 3nD, puisqu’il apporte défensivement tout en n’étant pas un grand défenseur sur l’homme.

Mays aux Hawks :

Ce joueur rappelle Huerter sur certains points même s’il est plus âgé. C’est un bon shooteur qui pourrait tout à fait s’inscrire dans la rotation des Hawks. Son intelligence de jeu en fait un bon joueur en catch and shoot et lui permettrait d’apporter une plus-value à la défense collective des Hawks grâce à sa défense en aide.

Conclusion de cette soirée :

Travis Schlenk avait annoncé la couleur : l’objectif de cette saison c’est de jouer les playoffs. Et le moins que l’ont puisse dire, c’est qu’il a bien renforcé son effectif pour la saison à venir lors de cette soirée. En choisissant un joueur de 23 ans et Okongwu, un joueur très NBA ready capable d’influer sur une franchise dès son arrivée, Schlenk a pris des joueurs qui auront leur importance tout de suite.

L’un des secteurs qui devait être renforcé lors de cette inter-saison était clairement la défense, et justement les deux choix effectués lors de cette Draft répondent à ce besoin. En sécurisant un intérieur défensif et un joueur capable d’apporter à une défense collective, les Hawks ont obtenu de nouveaux outils avec lesquelles Lloyd Pierce pourra composer pour défendre plus efficacement.

Enfin, le tir extérieur était aussi un domaine qui tenait à cœur au front office des Hawks. Dans cet optique, Skylar Mays répond à ce besoin et Travis Schlenk ne cache pas qu’il a bon espoir qu’Onyeka Okongwu travaille son shoot afin de lui aussi pouvoir apporter dans ce secteur.

En somme, c’est une Draft plus sobre que les précédentes, mais réussie sur le papier…

Crédit : Atlanta Journal Constitution
Bibliographie :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *