Portrait,  Une

Les Hawks’rigins : Cam Reddish

Drafté l’été dernier avec le 10ème choix et finalisant le Trade entre les Hawks et les Mavs, Cam Reddish est arrivé chez les Hawks avec de réelles attentes placées en lui. Talentueux et facile, mais aussi irrégulier et frustrant, Cam a mené une saison Rookie à l’image du pari qu’il représentait au soir du 20 juin 2019.

Si ses premiers mois en NBA ont été compliqués, son avenir, lui, semble radieux. Ses compères de la cuvée 2019 ne s’y sont d’ailleurs pas trompés en le désignant comme Rookie qui aura la meilleure carrière NBA. En effet, Cam Reddish n’a pas attendu la NBA pour dévoiler son talent au grand jour. Mais comment expliquer l’engouement qu’il y avait autour de lui alors qu’il sortait d’une saison en demi-teinte à Duke? Pour répondre à cette question, revenons sur son histoire avant de rejoindre la grande Ligue.

Source : NBA.com

L’enfance de Cam Reddish

Cameron Elijah Reddish est né le 1er Septembre 1999 à Norristown, une ville de la banlieue de Philadelphie, où il passera toute son enfance. Il est le premier enfant de Zanthia et Robert Reddish et le grand frère d’Aaron Reddish né le 13 Mai 2002.

Dès sa plus tendre enfance, Cam est plongé dans la culture basket par son père. En effet, celui-ci a mené une belle carrière universitaire à VCU (Virginia Commonwealth University) dans la fin des années 80s en jouant ailier. Une dizaine d’année plus tard, il n’hésite pas à emmener ses enfants avec lui pendant ses matchs et ses entraînements.

Sa mère, Zanthia, a aussi beaucoup apporté à Cam. En tant que principale d’école, elle lui a notamment offert une bonne éducation et un suivi dans sa scolarité. Elle l’a aussi suivi dans sa vocation puisqu’elle est devenue consultante en accompagnement parentale des jeunes sportifs. Ce cadre familial sain et encourageant a permis à Cam de développer son esprit de compétition et une excellente éthique de travail.

« Mes parents m’ont toujours dit : tu peux avoir toutes les ambitions et tout le talent du monde, mais sans travail le reste n’a aucune importance. »

Cam Reddish dans sa vidéo d’engagement pour Duke (2017)

Ses premiers pas dans le basket

Cam a grandi en regardant la NBA et voit en Kevin Durant une source d’inspiration. En effet, il était impressionné par ce que ce grand ailier faisait sur les terrains NBA avec une facilité déconcertante. Capable de tout faire en attaque, Cam trouvait un aspect très esthétique à son jeu.
C’est donc en s’inspirant de son idole que Reddish fait évoluer son basket et si les observateurs le comparent à d’autre joueurs, lui ne jure que par KD pour définir son style de jeu.

Depuis son plus jeune âge, Cam est un prodige. Très précoce, il est surclassé chaque année et cela ne l’empêche pas de dominer. Il passe toute son Elementary School et sa Middle School à jouer avec des enfants 2 ans plus âgés que lui.
À cette période, il a la chance d’être coaché par son propre père. Robert ne lui a fait aucune faveur et est d’autant plus exigeant avec son fils. Cam avouera plus tard que c’est ce passage de sa vie qui lui a appris à être exigeant avec lui-même.

Son passage à Haverford School

En 2013-2014, alors en dernière année de Middle School, le natif de Norristown se met à jouer pour Haverford School, une High School située à 5 kilomètres de sa ville natale. Il y passera aussi sa première année d’High School. Ce programme est assez modeste et Cam en devient tout de suite la tête d’affiche.
Ailier déjà long de quelques 194 centimètres, son éthique de travail impressionne et tout semble facile pour lui. Lors de la saison 2014-2015, il mène son équipe à une 3e place de la Ligue Inter-Académique avec un bilan de 17 victoires pour 11 défaites et atteint les demi-finales d’un tournoi régional.

L’équipe d’Haverford School 2013-2014
(Cam Reddish premier rang à gauche)
Source: TedSilary.com

Son talent ne fait alors plus aucun doute et il participe à ses premiers camps d’entraînement pour la jeunesse organisés par Team USA. Prenant place à Colorado Spring en Octobre, celui de 2014 lui donnera l’occasion de se frotter à Jaylen Brown. Ayant 3 ans de moins que lui et étant moins développé physiquement, Cam n’arrive pas à tenir la comparaison lors de ce face à face.
En 2015, il manque de peu d’être sélectionné dans l’équipe Team USA U17 qui a joué la Coupe du Monde FIBA U17 quelques mois plus tard.

Après ces demi-échecs, il est alors temps de passer un cap pour Cam Reddish.

Son épopée à Westtown School

Au début de la saison 2015-2016, l’ailier rejoint les Élans de Westtown School, une High School à 15 km de Norristown. Ce programme est assez prestigieux dans l’État et Cam vient s’ajouter à un effectif talentueux et athlétique qui compte dans ses rangs Mo Bamba, alors en 3e année et top 3 prospects de la cuvée universitaire 2017. A côté de lui, il peut compter sur Brandon Randolph, un arrière d’1m98 projeté 38e de la cuvée 2017 et actuel joueur de G-League.
Mais l’effectif, aussi talentueux soit-il, a une faille. En effet, il n’a aucun meneur naturel ayant le niveau d’un titulaire et Brandon Randolph est le plus petit joueurs du 5 titulaire.

Source: USA TODAY High School Sports

Face à cette situation, Seth Berger, le coach des Élans de Westtown, a pris la décision de faire jouer Cam Reddish au poste 1. Alors qu’il fait déjà 2m01, Cam est plus grand, plus athlétique et plus puissant que ses vis-à-vis. Il a aussi le bagage technique et le QI Basket pour assumer l’organisation du jeu et tenir le ballon.
L’ailier devient alors un guard causant de nombreuses mismatchs et organisant le jeu alors que Mo Bamba domine à l’intérieur.

Le résultat est sans appel: une équipe trop talentueuse et trop athlétique, 28 victoires et 5 défaites pour Westtown s’offrant ainsi un titre de l’Etat de Pennsylvanie. Et puisqu’on n’arrête pas un train en marche, ils remettent le couvert l’année suivante avec un bilan de 32 victoires et 2 petites défaites.
Les homme de Seth Berger ont maintenant 2 titres de l’État de Pennsylvanie et Cam commence à collectionner les nominations et les récompenses individuelles.

Durant ses 3 saisons à Westtown, Cam Reddish va s’imposer comme un top prospect et beaucoup lui voient un avenir tout tracé en NBA. Plus que cela, il est qualifié de « prospect qui ne peut pas rater ». Malgré tout, il reste catégorisé comme un ailier, même si lui se considère comme un guard.

« Je ne me vois pas comme un ailier. C’est juste que je suis assez grand pour jouer 3. Mais je suis meilleur quand j’évolue balle en main. »

Cam Reddish lors d’une Interview pour USA Basketball (2017)

La concrétisation de son talent à l’Été 2017

En parallèle de sa domination avec Westtown, Cam continue les camps avec Team USA en 2015 et 2017. Après avoir manqué la Coupe du Monde FIBA U17, il obtient son billet pour la Coupe du Monde FIBA U19, qui a lieu en Egypte en 2017.
Ce groupe de Team USA est un concentré de talent qui n’arrive pas à détacher un réel Leader avec 6 joueurs entre 13 et 10 points par matchs. Dans cette Team USA, Cam Reddish croise des noms bien connus: Carsen Edwards, Hamidou Diallo, Josh Okogie, Kevin Knox II, PJ Washington et son futur coéquipier Kevin Huerter.

Cameron propose une campagne individuelle très convaincante avec 10.7 pts, 4.3 rebonds et 3.1 passes agrémentés de 1.7 ballons subtilisés par match. Mais ce qui interpelle le plus est sa propreté, puisqu’il aligne des pourcentages monstrueux: 51.2/54.2/83.3.
Le natif de Norristown apparaît alors comme le joueur le plus complet et facile de cette Team USA, capable de tout faire efficacement des deux côtés du terrain.

Les Américains sont invaincus en poules, écrasent le Mali au premier tour et se défont de l’Allemagne avec plus de 20 points d’écart.
Mais en demi-finale ils ne feront pas le poids face au Canada mené par un RJ Barrett de gala. Score final: 87-99 et un terrible 38/13/5 pour RJ, à 10/18 de loin. Tout simplement injouable.
RJ Barrett est nommé MVP de la compétition avec 21 points de moyenne et le Canada est sacré champion. Cam et ses coéquipiers prennent la médaille de Bronze après avoir balayé l’Espagne en petite finale.

Cam Reddish durant la demi-finale contre le Canada
Source: Kentucky Sports Radio

Après une excellente campagne individuelle au Mondial, Cam poursuit son Été en participant à des tournois. Il s’illustre notamment à la Nike Elite Youth Basketball League.
Cette ligue regroupant les meilleurs joueurs du pays lui permet une fois de plus de montrer l’étendu de son talent. Dans cette édition 2017, il représente Team Final, l’équipe de Pennsylvanie et en est sans conteste le meilleur joueur.
Leader statistique en points, rebonds et passes, il est épaulé par Louis King, un ailier qui ne sera pas choisi à la draft 2019 mais ayant obtenu un two-way contract avec les Detroit Pistons. Malgré les très bonnes stats de Cam (22.6/7.8/3.0) et un bras droit en 18.0/6.7/1.8, Team Final finit avec un bilan négatif de 7 victoires pour 9 défaites.

Sa fin de cycle à Westtown

Revenu à Westtown pour sa dernière année, Cam se retrouve esseulé, Mo Bamba et Brandon Randolph venant de rejoindre le circuit universitaire.
Lui aussi doit réfléchir à son avenir et choisir son Université. Cela fait alors plus d’un an qu’il est suivi par presque toutes les Universités du pays puisqu’il est projeté comme Top 3 prospects de la cuvée NCAA 2018. Néanmoins, trois programmes sortent du lot avec leur insistance sur le dossier Cam Reddish.

Il y a d’abord Pennsylvania State University, une Université locale qui n’a jamais sorti un joueur drafté au premier tour en NBA et qui venait de boucler une saison en 26W-13L.
Ensuite, il y a Villanova, un des meilleurs programmes du pays, Champion NCAA un an auparavant qui est un bastion fort de la Big East Conference depuis 2013, qui a formé des joueurs comme Kyle Lowry ou Josh Hart et qui était sur le point d’emmener 4 de ses joueurs en NBA dont 3 au premier tour.
Et en fin Duke, une usine à premiers tours qui sort fréquemment des joueurs choisis dans la Lottery.

Pour Cam, le choix a été vite fait. Alors que la saison 2017-2018 n’avait pas encore commencée, il annonce son engagement pour Duke le 1er Septembre 2017, le jour de ses 18 ans.

Source: The Stepien

Il lui reste alors une année à jouer avec les Élans de Westtown. Compilant 22.6 points et 5.6 rebonds de moyenne, il livre alors sa meilleur saison statistique en High School. Mais esseulé, cela n’a pas été suffisant pour mener Westtown à un 3e titre de l’État de Pennsylvanie consécutif.

C’est ainsi que se termine la carrière High School de Cam Reddish. À peine nommé 2018 Mr. Pennsylvanie Basketball, le natif de Norristown quitte son cocon familial pour rejoindre Duke…





To be continued…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *