Hors Série,  Le courrier des Fans,  Une

Les matchs se suivent et se ressemblent : Autopsie d’une série de défaites.

Un grand homme du nom de Bruno Génésio disait : « Il n’y a qu’une chose qui est inéluctable, c’est la mort ». Et si j’ai moi-même peur de la mort, il y a autre chose d’inévitable en ce moment : c’est de voir les Hawks perdre. Pour le coup, ça fait moins peur, et je vais tenter d’expliquer pourquoi.

Mais pourquoi ces défaites ?

Cette série de défaite s’explique en fait par le croisement de deux facteurs clés. D’abord, celui du calendrier : Les Hawks ont eu, jusqu’à maintenant, le calendrier le plus compliqué de la NBA. Et ça s’est fait ressentir sur ces derniers matchs. Que ce soit lors du très compliqué road trip suicide dans l’Ouest, ou la double confrontation contre les Bucks.

S’ajoutent à cela les blessures, qui sont la raison évidente des résultats actuels. Si John Collins, de son côté, est mis sur le banc de touche par la NBA pour avoir pris ses pilules d’agrandissement de la verge, Kevin Huerter, lui, doit prendre le temps de se remettre d’une blessure à l’épaule. Puis, à chaque match, c’est une nouvelle loterie des joueurs out pour diverses raisons, Reddish, Turner, Gourcuff… Euh, Parsons, pardon.

Source : TSN

Deux facteurs clés qui expliquent une série de défaite qui coule nos Faucons préférés vers les tréfonds du classement.

De quoi être inquiet ?

Bah non. Pas du tout.

Ce début de championnat n’est pas vu comme une désillusion pour tout fan des Hawks qui se respecte : il aurait été très improbable que notre effectif, même au complet, soit devenu assez compétitif pour arracher un spot en playoffs.

Puis, en se penchant sur le contenu des matchs, certains éléments nous font relativiser. Malgré quelques blowout, notamment une fessée digne de Johnny Sins face aux Clippers, les dernières défaites tendent à être bien plus serrées. Les Bucks par deux fois et les Wolves peuvent l’attester, notre équipe livre un combat quasiment jusqu’au bout, même contre des équipes surpuissantes.

On a même pas voulu montrer le score…

Les fans ayant regardé les 3-4 derniers matchs remarqueront tous le même constat : Tous le soirs, on nous aura servi le même match.

Plusieurs runs à la fois contre et pour nous (qui correspondent en fait à la présence de Trae sur le terrain) pour des profils de matchs en accordéon. Preuve en est sur la rencontre d’hier. Les Bucks auront mené de 17 points pendant la première mi-temps, mais le score en rentrant était de 60-59. Une physionomie de match qui nous emmène constamment vers une fin serrée dans le quatrième quart temps. Puis un run concédé à 5-6 minutes de la fin du match, qui nous est à chaque fois fatal. Les raisons sont toujours les mêmes : on aggrave nous même le run adverse en se précipitant, en prenant de mauvais shoots, en perdant plusieurs ballons à la suite. En paniquant, quoi.

On peut imaginer que c’est le métier qui rentre… Attention tout de même à ne pas nous resservir la même sauce pour les prochains matchs et de ne pas faire de cette tendance une habitude qui serait, elle, inquiétante.

Allez, nous, en attendant un calendrier plus clément et les retours de nos 2ème et 3ème meilleurs joueurs, on va mater de la pétanque.
Salut.

Ecrit par Tibo
Twitter : @SpageTiboLognez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *